Le restaurant de Franchard

Fondé par les frères Lapotaire en 1851, ce restaurant aujourd'hui disparu, fonctionna pendant plus de 140 ans. Dans la cinquième édition de son indicateur, Denecourt écrit : « Traversez le vaste et sablonneux carrefour d'où s'élèvent ces grès et cette croix, pour arriver, dix minutes plus loin, à l'humble ruine de Franchard, habitée par un garde de la forêt. Là, on trouve, maintenant, un café restaurant bien tenu par MM. Lapotaire frères. Il y a longtemps qu'un établissement aussi utile était désiré par les nombreux amateurs et visiteurs de la vaste forêt de Fontainebleau. On y est parfaitement bien traité et pas trop cher : confortable, élégance, propreté, rien ne manque au pavillon de l'ermitage de Franchard. »

L'ancienne entrée du restaurant.



Dans L'Éducation sentimentale, Gustave Flaubert raconte l'arrivée à Franchard de Frédéric Moreau et de sa maîtresse Rosanette. La scène se situe par une belle journée de juin 1848, les deux amants se promènent en calèche dans la forêt alors que Paris sombre dans la guerre civile : « Ils entrèrent dans la futaie de Franchard. La voiture glissait comme un traîneau sur le gazon ; des pigeons qu'on ne voyait pas roucoulaient ; tout à coup, un garçon de café paru ; et ils descendirent devant la barrière d'un jardin où il y avait des tables rondes. Puis, laissant à gauche les murailles d'une abbaye en ruines, ils marchèrent sur de grosses roches et atteignirent bientôt le fond de la gorge. »

Ce passage du livre de Flaubert, publié en 1869, laisse à penser qu'avant la création du restaurant par les frères Lapotaire en 1851, devait exister une buvette. Le restaurant s'agrandit en 1861 lorsque la concession est donnée au propriétaire de l'hôtel de l'Aigle Noir à Fontainebleau. Un désaccord avec l'administration forestière force ce dernier à rendre le terrain nu de tout aménagement. En 1876, le restaurant est dirigé par Pascal Brunet, il fait construite le bâtiment visible sur les cartes postales du début du XXe siècle, ce bâtiment perdura jusqu'à l'incendie de 1996.

Le restaurant vers 1860, illustration tirée du guide d'Adolphe Joanne.

La concession est reprise en 1899 par le garde forestier Louis Clémencet qui le gardera jusqu'en 1908. Ce dernier crée un pavillon, des jardins et tente de redonner vie au restaurant en organisant des bals et des concerts ainsi qu'un service de voitures pour transporter les clients de Fontainebleau à Franchard. La femme de Louis Clémencet est aux fourneaux et c'est une bonne cuisinière, elle régale ses clients avec ses spécialités comme le veau et le poulet Franchard, recettes à base de champignon et d'estragon. Après l'incendie de 1996, le restaurant est définitivement fermé, il restera en ruine jusqu'à sa destruction complète en 2008. À l'emplacement du restaurant fut construit l'actuel Centre d'écotourisme achevé en 2011.











Entre le 19 et 26 juillet 1976, Jacques Deray tourne dans le décor du restaurant, les scènes finales de son film Le gang. Alain Delon joue le rôle de Pierrot le Fou, chef du « Gang des tractions avant », d’après un roman de Roger Borniche. « Ce tournage à l'extérieur était une vrai folie — racontait Jacques Deray — comme le seul fait de transformer la forêt de Fontainebleau en véritable Fort Chabrol ! ». (Si Fontainebleau m'etait filmé… 1908-2008 - 100 ans de cinéma. Secrets, anedoctes, interviews. Jean-Jacques Jelot-Blanc, Éditions du Puits fleuri, 2008). Ensuite, le restaurant a fermé et le bâtiment s’est transformé en une ruine qui a séduit le réalisateur Michel Gondry, il y tourne une scène de son film : « La science des rêves » sorti en 2006.